Le blog de Léon de Mattis, l'auteur de "Mort à la démocratie"

 

Klarsfeld :: Représentation

billet précédent :: billet suivant

La vague bleue




Le président à peine élu nargue ses électeurs depuis le yacht de son ami milliardaire. Le gouvernement prend ses premières mesures : les avantages fiscaux accordés aux riches seront payés par les pauvres. Le Medef et sa présidente, Parisot, exultent ouvertement. Le style « on est entre nous, on se comprend », style que Sarkozy partage avec n’importe quel vendeur de bagnole d’occasion, est ressorti à tous les interlocuteurs du président : chefs d’Etat et de gouvernement étrangers, « people » décérébrés dans le style d’Arno Klarsfeld ou syndicalistes enseignants.

Et ça marche.

Le Pen a tort d’affirmer, en parlant de Sarkozy, que « l’illusionniste devra un jour descendre de scène ». En démocratie, l’illusion n’a pas de fin. Ou plutôt, sa seule fin possible ne peut être que celle que la révolte, l’émeute et l’insurrection lui donneront peut-être un jour.
 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   Alexandre,  mercredi 20 juin 2007 à 19:50

Mais Sarkozy a été élu *pour* son métier d'illusionniste. Quand il va sur son yacht, les gens ne s'indignent pas, ils l'envient ! Ils se rêvent à sa place. C'est bien pour ça que les magazines racontent à longueur de page les palaces dans lesquels les riches vivent dans le luxe le plus absolu. La conscience de classe n'existe plus.

Pour en parler bien mieux que je ne saurais le faire : www.peripheries.net/artic...


PS: merci de redonner vie à ce blog, j'avais presque perdu espoir !

 
retour à l'accueil
 
Ajouter un commentaire