Le blog de Léon de Mattis, l'auteur de "Mort à la démocratie"

 

Pour qui vas-tu voter? :: Et d'abord, qui vote?

billet précédent :: billet suivant

Vanité de l'élection

L’élection est un exercice vain et tout le monde le sait : mais c’est de cette vanité même que la démocratie sait tirer sa force, et c’est en cela qu’elle est le pire des systèmes, celui qui érige le néant et l’impuissance comme sa propre raison d’être. Vous savez que voter ne servira pas à grand-chose, mais si vous ne votez pas, ça ira encore plus mal.

Gardez ce que vous avez, même si vous n’en êtes pas très satisfaits, car ce que vous risquez d’avoir vous déplaira peut-être davantage. La démocratie n’est rien d’autre que ce chantage permanent à la terreur : aussi imparfaite soit-elle, elle se présente toujours comme préférable à la tyrannie. Elle tire de son imperfection un argument pour sa poursuite : la démocratie, vous le remarquerez, n’est jamais achevée, jamais complète, toujours « à conquérir ».

Qu’importe que cette conquête soit un but incertain et inaccessible : les tares de la démocratie ne tiendraient pas à elle-même mais à son inachèvement perpétuel, et donc loin de conduire à la rejeter, elles devraient nous amener à la soutenir davantage encore. La dictature, elle, prétend être parfaite : cette prétention est bouffonne par elle-même, mais n’est-il pas plus absurde encore de ne vouloir être aimée que pour son imperfection ?


 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   Laure,  samedi 3 mars 2007 à 17:59

Dis donc, j'ai lu rapidement qqs unes de tes notes mais je n'arrive tjs pas à comprendre les idées qui les sous-tendent... Que proposes-tu en définitive? Tu dis et dénonces tout et son contraire.
Eclaire moi!

 
2.   Toto,  jeudi 8 mars 2007 à 09:02

Je ne veux pas répondre à la place de l'auteur mais d'après moi ce qu'il propose doit se trouver dans son bouquin (si tu n'avais pas vu, il y a une couverture de livre sur laquelle on peut cliquer en haut à droite). Mais bon, je laisse l'auteur parler pour lui-même...

 
3.   tata,  lundi 6 avril 2009 à 01:40

Je ne voudrais pas répondre à la place de l'auteur mais je pense qu'il n'est pas nécessaire de proposer pour penser et critiquer.
Et je n'ai pas lu le bouquin de l'auteur mais ça ne saurait tarder.

Merci de ne pas avoir l'air d'être stupide, de ne pas être comme tous les autres, chère découverte de Mattis.

 
retour à l'accueil
 
Ajouter un commentaire