Le blog de Léon de Mattis, l'auteur de "Mort à la démocratie"

 

Le travail, c'est la liberté :: Lieux communs

billet précédent :: billet suivant

Le discours d'investiture de Nicolas Sarkozy




Dans son discours d’investiture du 14 janvier 2007, Nicolas Sarkozy a cité :

Cinquante-cinq fois le mot travail ou un de ses dérivés (travailler, travailleur)
pas une fois le mot repos
pas une fois le mot paresse.

Six fois le mot famille
pas une fois le mot amant.

Deux fois le mot patrie
quatre-vingt-dix fois le mot France
pas une fois le mot internationalisme.

Cent soixante-quatre fois le mot je
trente-deux fois le mot Président
vingt-quatre fois l’expression Je veux être le Président
pas une fois le mot modestie.

 
retour à l'accueil
Commentaires
1.   Roolian,  vendredi 26 janvier 2007 à 03:57

bien vu le titre "le travail c'est la liberté" issu du arbeit macht frei d'un certain adolf... Sans compter les mots "travail famille patrie" qu'il a cité plusieurs fois. Mais bon, peu de gens savent les consequences de ces mots, et apparement ils sont fiers. Democratie dites vous? n'oubliez pas qu'adolf aussi s'est fait élire.....

 
2.   Poulpo,  vendredi 2 février 2007 à 18:29

Ce qui est bien avec Nicolas, c'est qu'on sait tout de suite qui il est:
- un accro au boulot qui ne peut imaginer qu'il en soit autrement pour les autres
- et un faux iznogoud, car iznogoud lui ambitionne mais y croit dur comme fer

"Ensemble, tout devient possible" ... comme moi président de la république? on dirait un questionnement? alors finalement la France c'est pas si grand que ça hein? ou alors si et il faut que j'insiste.. j'y suis arrivé là ... ça y est ...

A force je me demande s'il ne grandit pas la France dans ses propos simplement pour rendre le poste de président plus important qu'il ne l'est (d'où le peu d'internationalisme).
Ce qui est inquiétant c'est que comme tous les ambitieux, il n'est pas dénué d'une certaine intelligence, mais qu'il n'échappe pas non plus au syndrome de Peter. Donc incompétent? Sans doute.. c'est même pour ça qu'il doit en rajouter des louches et des louches.. Mr Sarkozy est dépassé par les évènements ... depuis qu'il sait pouvoir briguer la présidentielle.

Le problème: il ne s'est pas très bien entouré et les nègres qui écrivent ses discours auraient sérieusement besoin d'être briefés, pareil pour son conseiller en com, ou même sa biographe (non mais franchement 'un pouvoir nommé désir' nicolas c'est pas blanche!!! et encore moins liz taylor!!)... alors victime ou vraiment facho ? Qui essaie donc de briser comme ça ce pauvre Nicolas qui n'en revient certainement pas que ça marche apparemment aussi bien pour lui? Parce que c'est bien connu que ce ne sont pas les vrais accros du boulot qui grimpent les plus hautes marches .... Peut être souffre-t-il de troubles de la personnalité?

En tout cas moi il me les brise, et méchamment, et même en photo je le supporte plus!!! Je fais la grève de Sarko, le petit ambitieux accro au taff acceptant de se faire passer pour un facho pour un pauvre poste de président de rien du tout!!! un pauvre type quoi... de ceux qui vous font monter la gerbe dans le milieu corporate de nos chères entreprises...

 
3.   Brise touche fraîche,  mardi 6 février 2007 à 07:44

Il me semble qu'il n'a également pas dit une seule fois les mots "cendrier" et "hippopotame" dans son discours. J'imagine que cela en fait un pro-tabac anti-écolo?
Par ailleurs, je crois bien qu'il existe un certain nombre de pays dans le monde où travail et patrie ne constituent pas des gros mots et qui ne sont pour autant pas des dictatures assoifées de sang. Certes, le passé peut aider à comprendre le présent, mais il me semble un peu facile de toujours brandir ces épouvantails à tort et à travers. Ne s'attaquer qu'à la sémantique témoigne-t-il d'un manque d'arguments pour répondre sur le fond des propositions des politiques?

 
4.   poulpo,  lundi 12 février 2007 à 17:23

Justement c'est le propre de cet agenda communication. Car de par l'outrance de la sémantique utilisée par Mr Sarkozy, toute attaque de la forme se trouve ridiculisée. Cette tactique de communication est une telle insulte à l'intelligence et à la culture des Français que je trouve celà répugnant, et quel que soit le fond il n'en devient pour moi qu'illusoire. Pour illustrer mon propos: "avec la SNCF tout est possible".

 
5.   saint nicolas,  vendredi 17 octobre 2008 à 18:12

quelle surpriise de voir aussi peu de commentaires suur ton billet ! :)

 
6.   Vestir,  lundi 13 décembre 2010 à 20:31

Notre petit Napoleon fait bien pale figure du cote de nos voisins Europeens. Une comparaison souvent de paire avec Berlusconi, a se demander qui est le pire ? Des dicussions toujours embarassantes mais qui amusent bien mes collegues... Il serait temps que l’image de notre pays change. A qui le tour ?

 
retour à l'accueil
 
Ajouter un commentaire